Un nouveau matériau sensible pour la détection de l’oxygène à des fins biomédicales

, Partager

La détection de l’oxygène par EPR (Résonance Paramagnétique Electronique) est aujourd’hui limitée à cause de la faiblesse de l’intensité du signal des sondes.
Il existe toutefois une forte demande de méthodes capables de mesurer et de contrôler la concentration en oxygène dans les tissus de façon fiable et non invasive.
Des chercheurs de l’Institut Davis pour le coeur et les poumons de l’Université d’état de l’Ohio, ont récemment mis au point une nouvelle sonde composée de LiNc-BuO (lithium octa-n-butoxy-2,3-naphtalocyanine) ayant un réseau cristallin et un comportement paramagnétique favorables pour l’oxymétrie biologique in vivo. La sonde, biologiquement inerte, stable et non toxique pour les cellules et tissus, permet d’atteindre une grande résolution et des mesures répétées in vivo.
Les chercheurs utilisent aujourd’hui la sonde pour la détection non invasive de la migration de cellules ainsi que la mesure in situ de la concentration en oxygène des cellules souches transplantées dans les coeurs de souris.
La mesure de l’oxygénation des tissus et cellules est un paramètre critique dans de nombreuses maladies notamment cardiaques et vasculaires ainsi que pour le suivi d’interventions chirurgicales ou de traitements comme les greffes de tissus et les thérapies cellulaires.

Source :

Technical Insights Alert, High-Tech Materials Alert, 01/09/2006

Pour en savoir plus, contacts :

Dr. Ramasamy P. Pandian, Biomedical EPR Imaging Center, Department of Internal Medicine, Dorothy M. Davis Heart and Lung Research Institute, The Ohio State University, Columbus, OH 43210 - tél : +1 800-996-3233. Fax : +1 888-996-3296 - email : Ramasamy.Pandian@osumc.edu
Code brève
ADIT : 38966

Rédacteur :

Peggy Rematier, deputy-sdv.mst@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….