Un nouveau rapport sur les forçages climatiques de l’administration Bush

, Partager

Plusieurs cas d’interventions de l’administration Bush sur la communication en matière de changements climatiques ont défrayé la chronique ces dernières années, mais il s’agissait surtout de cas isolés et très médiatisés. Aussi, l’Union of Concerned Scientists (UCS) et le Government Accounting Project (GAP) ont-ils procédé à une vaste enquête pour mesurer l’intensité des pressions exercées par l’administration sur le milieu scientifique gouvernemental.

Sur 1600 scientifiques sollicités, 308 (279 provenant de sept agences gouvernementales et 29 du consortium NCAR, National Center for Atmospheric Research) ont répondu à l’enquête. 150 d’entre eux ont fait état total de 435 "interférences" vécues à titre personnel. Deux-tiers des scientifiques considèrent que le climat de la recherche gouvernementale s’est détérioré dans les cinq dernières années. A la NASA, six scientifiques sur dix avouent retirer une moins grande satisfaction dans leur travail.

Cette enquête par questionnaire a été complétée de 40 interviews et de la consultation de 2000 documents, qui ont permis de recueillir des exemples d’interdiction de parole, d’entraves à la communication à la presse et d’ingérence de responsables de communication des agences fédérales. En outre, une majorité des répondants estime que l’administration ne finance pas correctement (en quantité et en priorité des sujets) les sciences du climat. Cette perception est en contradiction avec le discours officiel qui souligne fréquemment l’effort sans précédent et sans équivalent consenti par l’administration dans ce domaine.

UCS et GAP recommandent un ensemble de réformes et d’action, notamment : (i) la levée des entraves à l’exercice de leur droit constitutionnel d’expression par les scientifiques, incluant la possibilité de s’exprimer sur des sujets s’écartant de leur expertise, (ii) une relecture en dernier ressort pas les scientifiques des informations produites par leur administration à propos de leurs recherches, (iii) suppression du contrôle a priori de la communication des scientifiques en direction des médias et (iv) une supervision renforcée de la part du Congrès.

Le comité chargé de la supervision et de la réforme à chambre des représentants a tenu le 30 janvier une audition sur les pressions gouvernementales sur les sciences du climat et a, à cette occasion, souligné le rôle particulièrement néfaste du Council on Environmental Quality de la Maison Blanche. Le CEQ s’oppose toujours à la transmission de documents qui lui ont été demandés l’an dernier par le Représentant Waxman, désormais président de ce Comité.

Source :


- http://www.csmonitor.com/2007/0131/p01s04-uspo.html
- Atmosphere of Pressure. Political interference in federal climate science.
http://www.ucsusa.org/assets/documents/scientific_integrity/Atmosphere-of-Pressure.pdf

Pour en savoir plus, contacts :


- Lettre du Committee on Oversight and Government Reform à James Connaughton, président du CEQ http://oversight.house.gov/Documents/20070130121238-79603.pdf
- Audition du Comité sur l’influence politique sur les scientifiques du climat (30 janvier 2007) :
http://oversight.house.gov/story.asp?ID=1162
Code brève
ADIT : 41222

Rédacteur :

Philippe Jamet, AST, Philippe.Jamet@diplomatie.gouv.fr

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….