Un nouvel élan pour les cellules souches embryonnaires humaines

, Partager

La publication dans le journal Nature d’une nouvelle technique épargnant la vie d’embryon pour établir des lignées de cellules souches embryonnaires humaines permet de relancer cette discipline prometteuse. Cette avancée intervient au bon moment après le fiasco du sud coréen Hwang et le veto du président Bush sur le financement de la recherche par les fonds publics.
La méthode actuelle de création de lignées de cellules souches embryonnaires repose sur le prélèvement de cellules embryonnaires âgées d’une semaine. A ce stade, l’embryon nommé blastocyste comprend environ 150 cellules. Les chercheurs prélèvent la masse cellulaire interne qui permet d’établir des lignées cellulaires. Elle implique la destruction de l’embryon et crée de ce fait de nombreuses polémiques.
Le nouveau travail, réalisé par la société californienne Advanced Cell Technology se fonde sur une technique utilisée lors de diagnostic pré-implantatoire (DPI). Lors de fécondation in vitro (FIV), il est possible de soustraire une cellule à l’embryon afin de vérifier l’état de son patrimoine génétique et d’éventuelles mutations. Ainsi un embryon en bonne santé est sélectionné et peut être implanté dans l’utérus de la femme.
La nouvelle méthode est donc réalisée à un stade beaucoup plus précoce du développement embryonnaire soit à un stade de 8 à 10 cellules. Elle consiste en le prélèvement d’une cellule supplémentaire lors du DPI. Cette cellule va alors être mise en culture. A partir de 91 cellules, deux lignées cellulaires ont survécu pendant au moins huit mois et sont capables de former différents types de tissus.

Le Dr Lanza, le leader de cette équipe de recherche, compte améliorer le rendement de sa technique en améliorant les conditions de culture cellulaire. Il insiste également sur le fait que cette étape n’a aucune conséquence sur le développement du futur enfant puisque 2000 bébés sont déjà nés après un DPI.
Pour le Professeur Green, directeur du "Dartmouth College Ethics Institute", cette technique, si elle est répétée par d’autres groupes (ce qui n’est pas encore le cas) pourrait devenir une technique de choix pour produire des lignées de cellules souches embryonnaires humaines.
Le Dr James Battey, directeur de la "Stem Cell Task Force" aux "National Institutes of Health" veut prendre un plus de recul. Il se demande si cette technique peut échapper aux restrictions fédérales car prélever une cellule d’un embryon peut comporter certains risques. Il note cependant que les embryons sur lesquels les cellules ont été prélevées sont en bon état.
D’autres obstacles sont prévisibles. La conférence américaine des évêques s’oppose, par la voix de Richard Doerflinger, à la FIV et au DIP en mettant en avant le fort pourcentage de mort des embryons et par la dissociation entre la procréation et l’acte de faire l’amour qui fait de l’embryon "plus un produit manufacturé qu’un présent".
D’un point de vue politique, cette découverte divise également, puisque Brian Hart, porte-parole du sénateur républicain du Kansas Sam Brownback, opposant majeur au financement de la recherche sur les cellules souches déclare que cette méthode crée un jumeau que l’on tue par la suite. A l’opposé, le sénateur démocrate du Massachusetts, Edward M. Kennedy, considère tragique de restreindre le financement de cette recherche qui pourrait sauver et améliorer un nombre incalculable de vie.
Les analystes politiques pensent surtout que l’on instrumentalise les cellules souches pour en faire un thème de campagne politique et mettre en difficultés ses opposants.

Pour en savoir plus, contacts :


- http://redirectix.bulletins-electroniques.com/tnXa
- http://www.nytimes.com/2006/08/24/science/24stem.html?_r=1&oref=slogin
- "Reseachers find a way around biotech’s ethical impasse" Financial times, 24/08/2006, page 7
http://www.nature.com/news/2006/060821/full/442858b.html
- "Human embryonic stem cell lines derived from single blastomeres" Klimanskaya I., Nature, 23/08/2006 (sous presse).
Code brève
ADIT : 38763

Rédacteur :

Brice Obadia deputy-sdv.mst@ambafrance-us.org - Hedi Haddada attache-sdv.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….