Un système propulsif basé sur l’utilisation d’antimatière à l’étude

, Partager

Le NIAC (NASA Institute for Advanced Concepts) va mettre en place une équipe de chercheurs afin d’analyser la faisabilité d’un système propulsif à base d’antimatière. Ce mode de propulsion présenterait de nombreux avantages lors des phases interplanétaires par rapport aux systèmes plus classiques (chimique et nucléaire). L’avantage le plus déterminant concernerait la sécurité de l’équipage pendant le voyage, une propulsion nucléaire réduisant en effet fortement le temps nécessaire pour atteindre Mars (celui-ci passerait de 180 jours à 90 voire 45), et ainsi le temps d’exposition aux rayonnements cosmiques. L’utilisation d’ergols serait également très coûteuse dans ce genre de mission à cause du poids de ceux-ci. L’impulsion spécifique d’un propulseur d’antimatière tournerait également autour de 900 secondes, c’est-à-dire deux fois plus que les meilleurs moteurs spatiaux actuels. Enfin le lancement, ainsi que les déchets générés seraient plus surs que dans le cas d’un moteur nucléaire. Certains obstacles restent néanmoins à surmonter : le coût de création de l’antimatière ainsi que son stockage, inconvénients qui selon le professeur Gerald Smith du Positronics Research, LLC, peuvent néanmoins être maîtrisés grâce à un programme de recherche et de développement adéquat.

Source :

Goddard Space Flight Center, 14/04/06 - http://www.spaceref.com/news/viewpr.html?pid=19597

Rédacteur :

Jean-Jacques Tortora, cnes@ambafrance-us.org ;
Noëlle Miliard, assistant.cnes@ambafrance-us.org ;
Clémence LeFevre et Timothée Verwaerde, cnes.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….