Un vaccin financièrement accessible pour les populations indiennes

, Partager

Des chercheurs de l’université Stanford participent à un projet original visant à développer un vaccin pour les enfants indiens. Les premières études cliniques de phase I ont montré des résultats prometteurs en termes de sécurité pour deux candidats vaccins contre les rotavirus -la première cause mondiale de diarrhées chez les enfants, principalement dans les pays en voie de développement.
Ce projet constitue une expérimentation nouvelle dans le domaine du développement de médicament. ’Le but est de mettre au point un vaccin contre les rotavirus qui soit développé, testé et produit en Inde. De cette manière il sera accessible aux populations indiennes et aux pays en voie de développement ’ rapporte Harry Greenberg, Professeur de Médecine, Microbiologie et Immunologie à Stanford.
Il existe actuellement un seul vaccin contre le rotavirus commercialisé par Merk&Co. Les trois injections nécessaires coûtent plus de 180 dollars.
Les recherches de développement du vaccin sont menées conjointement entre chercheurs américains à Stanford et au CDC (Center for Disease Control) et chercheurs indiens du département de Biotechnologie du gouvernement, l’Institut des Sciences, et la ’Society for Advanced Studies’. Le programme est notamment financé par le NIH (National Institute of Health), l’ONG internationale PATH et la fondation Bill and Melinda Gates.
L’équipe a déjà publié les résultats de la première étude clinique visant à établir la sécurité de deux vaccins candidats. L’étude a été réalisée à New Delhi en double aveugle avec 90 enfants sains recevant soit un placebo, soit une dose simple de l’un des deux vaccins, dont les lots pilotes ont été fabriqués aux Etats-Unis. Les résultats montrent que les deux vaccins sont bien tolérés et sans risque et que l’un des deux candidats confère une réponse immune prometteuse.
La prochaine étape consiste à mettre en place une étude clinique de phase I à grande échelle pour ce dernier. Une entreprise indienne Bharat Biotech, sera alors associée au projet, en charge de la production des lots cliniques de vaccin.
Une approche similaire, visant à développer des technologies médicales accessibles aux populations des pays en voie de développement et auto-produites par une organisation financièrement indépendante, a été mise en place par l’ONG Project Impacts.

Source :

Stanford report, 08/03/2006 - http://news-service.stanford.edu/news/2006/march8/med-vaccine-030806.html

Pour en savoir plus, contacts :

Project impact - http://www.project-impact.net/
Code brève
ADIT : 32687

Rédacteur :

Peggy Rematier, vi.sdv@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….