Une impression jet d’encre avec des nanotubes de carbone

, Partager

Bien qu’ils soient potentiellement très intéressants, notamment pour leurs propriétés électroniques, les nanotubes de carbone restent difficiles à exploiter en raison des difficultés que l’on rencontre pour les manipuler et les ordonner en motifs. Un des problèmes vient de la difficulté à réaliser des dispersions aqueuses de ces nanomatériaux qui sont fortement hydrophobes. Des chercheurs du Rensselaer Polytechnic Institute dans l’état de New York travaillant en collaboration avec l’université d’Oulu en Finlande viennent de faire une avancée intéressante en montrant que des dispersions de nanotubes pouvaient être obtenues après fonctionnalisation de leur surface par des groupes carboxyles hydrophiles. Les solutions aqueuses ainsi obtenues peuvent être utilisées comme une encre, et ces chercheurs ont montré qu’en utilisant une imprimante à jet d’encre commerciale, ils pouvaient imprimer des motifs sur différents supports, papier et polymère. Les impressions ont des lignes de motifs aussi fines que 70 micromètres et peuvent être pilotées par ordinateur. Une telle méthode, pratique et économique, apparaît comme une alternative séduisante aux méthodes traditionnelles de dépôt par voie chimique. Les motifs de nanotubes ainsi déposés conduisent l’électricité et pourraient être utilisés dans plusieurs applications. Par exemple, ils pourraient constituer la partie active de capteurs de gaz dans la mesure où la conductivité du motif varie lorsqu’il est exposé à des vapeurs d’eau, d’ammoniaque ou de méthanol. C’est également une technique qui pourrait être adaptée à la réalisation d’écrans plats dans lesquels chaque pixel est formé par un nanotube qui sert de source d’électrons excitant une couche de phosphore. On est cependant encore loin d’une exploitation commerciale de ce nouveau type d’encre à nanotubes, en particulier parce qu’il faudrait que la stabilité des dispersions aqueuses obtenues soit de quelques mois, alors que pour l’instant, leur durée de vie ne dépasse pas quelques jours.

Source :


- Rensselaer Polytechnic Institute - http://news.rpi.edu/update.do?artcenterkey=1701
- MIT Technology review - http://www.technologyreview.com/read_article.aspx?id=17460&ch=nanotech&sc=&pg=1

Rédacteur :

Rémi Delville deputy-phys.mst@consulfrance-houston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….