Une memristor flexible pour un nouveau type de mémoire

, Partager

Depuis quelques années, les circuits électroniques flexibles sont sujets à de nombreuses recherches. Il serait en effet très avantageux de construire des circuits capables de s’étirer et de se torsionner car ils ouvriraient la voie à de nombreuses applications. Un exemple pourrait être la création de capteurs de petite taille placée sur la peau pour mesurer le rythme cardiaque ou encore le niveau de sucre dans le sang. Si les technologies de l’électronique flexible ont déjà permis de fabriquer plusieurs types de composants [1], les avancées en matière de mémoire flexible restaient limitées. Un pas important vient donc d’être franchi par le NIST avec la fabrication de telles mémoires.

Pour réaliser ce composant, les chercheurs ont pris pour support des feuilles de polymères, similaires aux transparents utilisés pour les rétroprojecteurs, et y ont déposé une fine pellicule de dioxyde de titane. Pour appliquer le dioxyde de titane, l’équipe s’est servie d’une technique moins coûteuse que celles utilisées traditionnellement, consistant à asperger le matériau d’un liquide puis le laisser durcir jusqu’à un état de gel. En ajoutant enfin des contacts électriques sur la structure, l’équipe a finalement obtenu une mémoire flexible, capable d’opérer avec moins de 10 volts, de maintenir son état de mémoire sans alimentation et de fonctionner correctement après plus de 4.000 contorsions du support.

Cerise sur le gâteau, cette mémoire a montré des propriétés de memristor [2], un élément récemment à l’actualité. La principale propriété d’un tel élément est que sa résistance présente 2 états (Ron et Roff) directement liés au courant le traversant et qu’il garde cette résistance lorsque l’alimentation est coupée. "Nous avons voulu créer une mémoire flexible qui pourrait permettre le développement et la métrologie de l’électronique flexible, tout en étant suffisamment économique pour en permettre une large utilisation" nous explique Nadine Gergel-Hackett, scientifique au NIST. "Parce le composant actif de notre mémoire peut être fabriqué à partir d’un liquide, il y a des chances pour qu’à l’avenir il soit possible d’imprimer entièrement cette mémoire aussi simplement et économiquement qu’un transparent".

Les résultats obtenus paraîtront très prochainement dans le numéro du mois de juin du journal IEEE Electron Device Letters et un brevet (application #12/341.059) est actuellement en cours de validation.

Source :

"Memory with a Twist : NIST Develops a Flexible Memristor" : NIST, 02 juin 09 - http://www.nist.gov/public_affairs/techbeat/tb2009_0602.htm#memristor

Pour en savoir plus, contacts :


- [1] "Des nanotubes pour l’électronique médicale implantable" Alban de Lassus - 05/15/09 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/59087.htm
- "Vers des condensateurs flexibles et imprimables" Arnaud Souillé - 05/4/09 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/58860.htm
- [2] "Le "memristor" dévoilé lors d’un symposium à Berkeley" Daniel Ochoa -12/5/08 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/56900.htm
Code brève
ADIT : 59399

Rédacteur :

Arnaud Souillé, deputy-stic.mst@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….