Une méthode de désinfection de l’eau potable et l’intoxication au plomb chez les enfants

, Partager

La désinfection de l’eau potable par le chlore, une méthode très courante encore aujourd’hui, pose un problème, celui de la formation de trihalométhanes (THM), composés reconnus pour être carcinogènes. Afin de limiter la formation de ces produits, plusieurs municipalités aux Etats-Unis ont modifié leur méthode de désinfection en remplaçant notamment le chlore par les chloramines (formées par réactions du chlore avec l’ammoniaque).
Plusieurs villes, dont Washington D.C., ayant opté pour ce changement ont relevé, dans les temps qui ont suivi, des niveaux de plomb élevés dans l’eau du robinet. Des études contradictoires sur les causes et les conséquences de ce type d’incident ont été rendues publiques. Une équipe de la Nicholas School of the Environment and Earth Sciences à Duke University (Caroline du Nord)) a donc décidé d’étudier l’impact du passage du chlore aux chloramines sur les concentrations en plomb dans le sang d’enfants du comté de Wayne (Caroline du Nord).
Les chercheurs ont eu accès aux contrôles sanguins ayant été effectués entre 1999 et 2003, période au cours de laquelle l’une des usines d’eau potable de la région est passée aux chloramines. D’après leurs résultats, ce passage aux chloramines correspond à un pic de concentration en plomb dans le sang chez les enfants des foyers dépendants de l’usine de traitement en question. Ce pic est plus accentué chez les personnes résidant dans des habitations anciennes. Les tuyauteries en plomb sont quasi inexistantes dans les constructions postérieures à 1930, en revanche le plomb a pu être utilisé dans les soudures jusqu’en 1986 aux Etats-Unis. Le plomb continue également d’être présent dans divers éléments de plomberie, le laiton n’ayant besoin que d’une concentration de plomb inférieure à 8% pour être considéré "sans plomb").
Le principe d’action des chloramines sur le plomb, ainsi que les différents paramètres ayant mené à cette libération de plomb dans l’eau sont encore discutés. Les chloramines augmenteraient la corrosivité de l’eau. Certains chercheurs lient ces accidents aux changements de floculants ayant été effectués simultanément dans plusieurs des villes concernées par les intoxications au plomb. de.

Une seconde étude, parue récemment dans Environmental Science and Technology s’intéresse à une autre conséquence possible du passage à la chloramination : la production possible de sous-produits, les haloacétonitriles, potentiellement plus toxiques que les THM. Des études complémentaires seront nécessaires pour évaluer la toxicité et l’occurrence réelle de ces produits.

Source :


- http://pubs.acs.org/subscribe/journals/esthag-w/2006/dec/science/rr_leadkids.html
- http://pubs.acs.org/subscribe/journals/esthag-w/2006/aug/science/rr_lead.html
- M. L. Miranda et al., Changes in blood lead levels associated with use of chloramines in water treatment systems, Environmental Health Perspectives, 2006, online.
http://www.ehponline.org/members/2006/9432/9432.pdf
- M. G. Muellner et al., Haloacetonitriles vs regulated haloacetic acids : are nitrogen-containing DBPs more toxic ? Environemntal Science and Technology, 2006 online (abstract) :
http://pubs.acs.org/cgi-bin/abstract.cgi/esthag/asap/abs/es0617441.html

Pour en savoir plus, contacts :


- sur l’incident de Washington :
http://pubs.acs.org/subscribe/journals/esthag-w/2006/may/science/rr_mislead.html
- J. A. Swtizer et al., Evience that monochloramine disinfectant could lead to elevated Pb levels in drinking water, Environmental Science andTtechnology, 2006, 40(10) : 3384-3387
Résumé de ES&T online :
http://pubs.acs.org/subscribe/journals/esthag-w/2006/apr/science/rr_chloramines.html
abstract : http://pubs.acs.org/cgi-bin/abstract.cgi/esthag/2006/40/i10/abs/es052411r.html
Code brève
ADIT : 40494

Rédacteur :

Elodie Pasco, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….