Une nouvelle piste génétique pour la maladie d’Alzheimer

, Partager

Une étude internationale menée par l’Université de Columbia, New York, l’Université de Boston et l’Université de Toronto aurait isolé un nouveau gène responsable du développement de la maladie d’Alzheimer. Cinq années de recherche, impliquant 14 institutions nord-américaines, européennes et asiatiques et 18 organisations internationales, se sont basées sur l’étude de plus de 6000 échantillons sanguins.
Au sein des neurones, le précurseur de la protéine amyloïde (APP) est clivé pour former différents fragments protéiques (sAPPß, sAPPa et C83). La maladie d’Alzheimer serait due à un mauvais acheminement et l’agglutination de ces fragments (fragment APPß surtout). Ils formeraient des "plaques séniles" ou amyloïdes et entraîneraient des problèmes de fonctionnement aboutissant à la mort des neurones.
Les chercheurs se sont donc penchés sur les facteurs génétiques influençant le transport de ces peptides au sein de la cellule neuronale. 7 gènes ont été particulièrement étudiés.

Les scientifiques ont, dans un premier temps, analysés ces gènes chez des familles prédisposées à la maladie. Ils ont alors pu identifier un gène particulièrement variable, le gène SORL1.
Dans un second temps, ils ont étendu leurs analyses à un groupe de populations regroupant des familles nord-américaines, caucasiennes, noires américaines, arabes israéliennes et hispaniques. Ce large échantillon leur a permis de confirmer l’association entre la maladie d’Alzheimer et les variations du gène SORL1.
Les expériences menées au laboratoire vont dans le même sens que l’étude épidémiologique. En effet, les chercheurs ont montré que le taux de protéine SORL1 est moitié moindre chez les personnes malades. Cette diminution d’expression de la protéine SORL1 entraîne une modification dans le transport d’APP qui engendre au final, une production accrue de fragments ß amyloïdes.

Le gène SORL1 est un gène de grande taille contenant environ 500 SNP (Single Nucleotide Polymorphism). Les chercheurs déclarent en avoir étudié environ 30, mais malheureusement, aucun ne semble directement influencer le processus de la maladie.
Le professeur Richard Mayeux de l’Université de Columbia pense que la protéine SORL1 est un pièce critique du puzzle proposé par la maladie d’Alzheimer mais l’identification des facteurs entraînant les mutations et la compréhension du mécanisme restent un cap important à franchir.

Source :


- http://www.nih.gov/news/pr/jan2007/nia-14.htm
- http://presszoom.com/story_122767.html
- http://www.newsday.com/news/health/ny-lialz0116,0,4575836.story?coll=ny-leadhealthnews-headlines
- http://www.nypress.com/blogx/display_blog.cfm?bid=73882169
- "The neuronal sortilin-related receptor SORL1 is genetically associated with Alzheimer disease." Rogaeva E, Nat Genet. (14/01/2007, en cours de publication)

Pour en savoir plus, contacts :


- http://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_d’Alzheimer
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Amyloid_Precursor_Protein
Code brève
ADIT : 40953

Rédacteur :

Brice Obadia deputy-sdv.mst@ambafrance-us.org
Hedi Haddada attache-sdv.mst@ambafrance-us.org
Sophia Gray assistant-sdv.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….