Une nouvelle thérapie combinatoire préventive potentielle contre les cancers colorectaux

, Partager

En associant un médicament anti-tumoral ciblé avec de faibles doses d’un anti-inflammatoire, des chercheurs de l’University of California Irvine, Californie, ont réduit le risque pour un patient de développer des polypes colorectaux récurrents, de plus de 95%, avec très peu d’effets secondaires.

Le cancer du colon représente le 3ème cancer le plus courant chez l’homme et le 4ème chez la femme. Il s’agit d’une tumeur maligne de la muqueuse du colon ou du rectum. 60 à 80% des cancers colorectaux se développent à partir de polypes, également appelés adénomes, petites excroissances de la paroi intestinale, bénignes et fréquentes. Dans certains cas, ces adénomes vont évoluer d’un stade précoce à un stade tardif : les cellules se multiplient et se modifient. Puis elles vont devenir cancéreuses, on parle alors de carcinomes. Cette transition dure en moyenne 10ans. Seuls 10% des adénomes atteignent un diamètre supérieur à 1cm et seuls  des ces derniers se transformera en cancer.

Les scientifiques dirigés par le Dr Frank Meyskens, Daniel G. Aldrich Chair à UCI et Directeur du Chao Family Comprehensive Cancer Center, ont montré que l’utilisation du DFMO (difluoromethylornithine) au 1/50ème de la dose utilisée en clinique, associée au Sulindac, anti-inflammatoire non stéroïdien, pourrait améliorer l’efficacité des traitements et diminuer la réapparition des polypes, tout en ayant des effets secondaires limités. Le DFMO, commercialisé sous l’appellation Eflornithine, a été développé comme un agent anti-tumoral mais qui n’est plus utilisé en tant que tel actuellement. Le Sulindac est commercialisé sous le nom de Clinoril et est utilisé dans le traitement de l’arthrite et autres maladies inflammatoires.

L’étude a été réalisée sur 375 patients, qui ont développé au moins une fois des polypes colorectaux dans les 5 ans précédents l’étude. Les patients ont été soumis au hasard à une combinaison de 500mg de DFMO quotidien avec 150mg de Sulindac ou de placebos. Les patients ont été suivis durant 3ans et la récurrence des adénomes mesurée par coloscopie.

Les scientifiques ont constaté une diminution de la récurrence des adénomes totaux de 79% chez les patients traités, comparé aux patients ayant reçu les placebos. Cette diminution est de 92% pour les adénomes tardifs et de 90% pour les adénomes de taille supérieure à 1cm. Le taux de réapparition des adénomes chez des patients ayant développé plus d’une fois des adénomes auparavant est réduit de 95% chez les patients traités. Une analyse des effets secondaires et de la toxicité n’a mis en évidence aucune différence entre les patients traités et non traités.

En conclusion, il ressort de cette étude qu’il est possible d’utiliser des agents thérapeutiques à plus faible dose si on les combine, et d’obtenir la même efficacité sans les effets secondaires.

Source :


- Effective Colon Cancer Prevention Treatment Discovered, ScienceDaily, 14/04/2008 - http://www.sciencedaily.com/releases/2008/04/080414155256.htm
- UCI Study Finds Effective Colon Cancer Prevention Treatment, Today@UCI, 14/04/2008 - http://today.uci.edu/news/release_detail.asp?key=1757

Pour en savoir plus, contacts :


- Sur le Dr Frank L. Meyskens : http://www.ucihs.uci.edu/biochem/faculty/meyskens.html
- Sur les cancers colorectaux : http://en.wikipedia.org/wiki/Colon_cancer
- Sur le DFMO : http://en.wikipedia.org/wiki/Eflornithine
- Sur le Sulindac : http://en.wikipedia.org/wiki/Sulindac
Code brève
ADIT : 54043

Rédacteur :

Camille Arnaud, deputy-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org - Mireille Guyader, attache-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….