iGEM 2013 : Excellents résultats des équipes françaises

, Read this page in English , Partager

Depuis 2012, le Service Scientifique du Consulat Général de France à Los Angeles subventionne des équipes françaises participant à des compétitions américaines en sciences de la vie par le biais de la bourse "Life Sciences : inventing - creating - having fun". En mai 2013, quatre équipes françaises participant au concours iGEM (international Genetically Engineed Machine) ont pu bénéficié de ces subventions : Bordeaux, Evry, Grenoble-EMSE-LSU et Paris Bettencourt (voir article).

L’iGEM est une compétition étudiante internationale de Biologie de Synthèse initiée au prestigieux MIT de Boston en 2004. Elle réunit chaque année un nombre toujours plus important d’équipes (plus de 200 équipes inscrites en 2013). Les équipes disposent de 6 mois pour modifier une bactérie, ou tout autre type de cellule, par l’insertion d’ADN afin de lui conférer de nouvelles fonctions.

Après deux ans de sélections européennes à Amsterdam, c’est à Lyon que les équipes européennes sont allées défendre leur projet les 11, 12 et 13 octobre 2013. L’équipe de Lyon, qui participe à l’iGEM depuis 2010, n’a malheureusement pas pu engager d’équipe dans la compétition afin de se consacrer pleinement à l’organisation du Jamboree. Près de 130 volontaires ont contribué au bon déroulement de cet évènement, pour les 700 participants venus de toute l’Europe, dans la joie et la bonne humeur.

Résultats du Jamboree Europe

  • Médaille d’Or pour cinq équipes françaises : Evry , Grenoble-EMS-LSU, INSA Toulouse, Paris Bettencourt et Paris Saclay ;
  • Prix du “Best Human Practice, Overgraduate” (meilleur projet de sociologie, catégorie des plus de 23 ans) à l’équipe d’Evry ;
  • Prix du “Best Model” (meilleur modélisation) à l’équipe de Grenoble-EMSE-LSU ;
  • Prix du “Best Wiki, Overgraduate” (meilleur site internet, catégorie des plus de 23 ans) à l’équipe de Paris Bettencourt ;
  • L’équipe de Paris Bettencourt a figuré parmi les finalistes en “overgraduate” et a fini troisième (“Second Runner-up”).

Les équipes d’Evry et de Paris Bettencourt ont été sélectionnées pour représenter les couleurs de la France au cours de la finale mondiale à Boston, MA, du 1er au 4 novembre 2013.

JPEG - 293.9 ko
iGEM 2013 World Championship Jamboree (Boston, MA)
Grand Prize Winner, Overgrad : Paris Bettencourt
© iGEM Foundation / Justin Knight

L’équipe de Paris Bettencourt, pionnière du mouvement iGEM en France, a présenté un projet très ambitieux pour lutter contre la tuberculose avec des “armes modernes”, grâce aux outils biotechnologiques. La tuberculose touche 1/3 de la population mondiale, dont plus de 5000 personnes en France, et est responsable de 1,3 million de décès par an. Les travaux de cette équipe ont permis d’adresser de nouvelles stratégies contre Mycobacterium tuberculosis allant de la mise au point d’un biosenseur pour améliorer la détection au développement d’un phage capable de saboter la résistance multiple aux antibiotiques de certaines mycobactéries.

En plus de ces excellents résultats scientifiques, l’équipe a également présenté les résultats de leur analyse quantitative approfondie sur les biais du genre dans le nouveau domaine de la biologie de synthèse, dans le but de promouvoir la parité en sciences. Leur étude a notamment mis en avant une corrélation entre la parité des équipes iGEM et la qualité des résultats et donc les chances de succès. L’équipe de Paris Bettencourt, composée de six garçons et sept filles, a remporté le grand prix du jury pour la catégorie “Overgraduate” ainsi que le prix du meilleur projet en Santé & Médecine ; la théorie est-elle vérifiée par la pratique ?

L’iGEM va fêter ses 10 ans en 2014. Pour l’occasion, toutes les équipes inscrites seront invitées à se rendre directement à Boston pour le plus grand Jamboree jamais organisé, sans passer par les sélections régionales mises en place depuis 2011.

L’appel à projets "Life Sciences" a été renouvelé pour 2014. La date limite de soumission des projets est fixée au 13 avril 2014 (pour plus d’informations).

— Viviane Chansavang

En savoir plus :